Méthode pour apprendre à lire

apprendre à lire

Comprendre la relation entre le son et l’écriture

lettre aDes lettres spécifiques sur une page d’un schéma alphabétique français sont abstraites et non pertinentes en soi. Elles doivent en fin de compte être liées à des sons abstraits similaires appelés phonèmes, qui doivent ensuite être mélangés et prononcés comme des mots pour que le contexte soit compris.

L’enfant doit établir le lien entre les sons et les lettres afin d’apprendre à lire français. Par conséquent, un lecteur débutant doit apprendre les relations entre les quelque 36 sons du français parlé (phonèmes) et les 26 caractères de l’alphabet.

Pour qu’un lecteur débutant apprenne à communiquer ou à interpréter les symboles écrits (lettres et motifs) en sons, le lecteur doit d’abord comprendre que la parole peut être segmentée ou divisée en sons minuscules (conscience des phonèmes), et que les unités segmentées de la parole peuvent être exprimées par des caractères imprimés (phonétique). Le théorème de l’alphabet, qui stipule que les orthographes écrites reflètent systématiquement les phonèmes des mots parlés, est absolument important pour la production d’une lecture correcte et rapide des mots.

lettre dPourquoi est-il si important pour les lecteurs débutants d’être attentifs aux phonèmes et de développer le principe alphabétique ? Parce que les enfants auront du mal à interpréter ou à “sonder” les mots de manière rapide et précise s’ils ne peuvent pas distinguer les sons des mots parlés – par exemple, s’ils ne peuvent pas “entendre” le son “aque” dans “plaque” et “flaque” et percevoir que la distinction se fait dans le premier son.

Nous tenons pour acquis que nous sommes conscients de l’arrangement sonore de notre langue lorsqu’elle nous semble trop simple et banale. Cependant, de nombreux enfants n’acquièrent pas la connaissance des phonèmes pour une variété de facteurs que nous commençons à peine à comprendre.

Nous avons également des preuves évidentes que ce n’est pas l’oreille qui sait qu’un mot parlé comme “flaque” est séparé en six sons et que ces sons distincts peuvent être attribués aux lettres F-L-A-Q-U-E, grâce aux expériences du NICHD qui ont commencé en 1965 pour expliquer comment le processus de lecture évolue.

lettre eNous reconnaissons maintenant que les systèmes linguistiques du cerveau sont responsables de ce rôle. Le cerveau semble avoir plus de facilité à traiter ce type d’information chez certains enfants.

Cependant, de nombreux jeunes ont du mal à acquérir cette capacité, c’est pourquoi elle doit être enseignée de manière spécifique, claire, et par un enseignant bien préparé et bien informé.

Il est apparu depuis lors que l’acquisition par les enfants de compétences essentielles liées à la lecture en bas âge, telles que la compréhension des phonèmes et la phonétique, est facilitée lorsqu’on leur fait la lecture à la maison pendant leur enfance, lorsqu’ils apprennent le noms de lettres et de chiffres, et lorsqu’ils sont exposés aux principes de l’écriture et à l’expérience de la lecture dès leur plus jeune âge.

Cela signifie-t-il que les enfants qui ont du mal à saisir le concept selon lequel les mots parlés sont constitués de sons indépendants isolés qui peuvent être comparés à des lettres ont un traumatisme ou un dysfonctionnement cérébral ? Pas le moins du monde.

lettre jCela signifie essentiellement que les réseaux neuronaux de ces enfants pour la perception des phonèmes dans notre langue sont moins efficaces que ceux des autres enfants.

La compréhension des phonèmes, la connaissance de la théorie alphabétique et la traduction de ces aptitudes à l’application de la phonétique à la lecture et à l’orthographe des mots sont des compétences de lecture initiales non négociables que tous les enfants doivent acquérir afin de comprendre ce qu’ils lisent et apprennent de leurs séances de lecture.

Cependant, si la connaissance des phonèmes et la phonétique sont essentielles, elles sont insuffisantes pour apprendre à lire la langue française et à extraire le sens d’un texte. Un lecteur débutant doit progressivement devenir fluide dans la lecture d’unités d’impression plus importantes telles que des séquences de syllabes, des racines substantives, des suffixes et des mots entiers à un rythme rapide, en plus d’apprendre à “sonoriser” des mots nouveaux et/ou étrangers.

La fluidité de la lecture est une compétence qui peut s’acquérir.

lire rapidement

Si la capacité à lire correctement les mots est une compétence requise pour apprendre à lire, le rythme auquel elle s’acquiert devient un élément essentiel pour s’assurer que les enfants comprennent ce qu’ils lisent.

La fluidité et l’automaticité de la lecture exigent des quantités de répétition différentes pour les différents enfants. Certains enfants peuvent lire un mot une fois et le mémoriser plus rapidement la fois suivante ; d’autres ont besoin de 20 expositions ou plus. Pour automatiser l’identification d’un nouveau terme, l’enfant moyen a besoin de quatre à quatorze expositions.

Par conséquent, il est important que les enfants apprennent à lire en lisant un vaste volume de texte à leur niveau de lecture indépendant et en mettant le texte en pratique dans les compétences qu’ils acquièrent.

Il convient également de noter que l’apprentissage de l’orthographe favorise l’acquisition de la fluidité de la lecture. L’enseignement de l’orthographe fournit de nombreuses explications sur la façon dont les lettres représentent les sons de la parole, et sensibilise les jeunes lecteurs au fait que les mots écrits sont constitués de plus grandes unités d’impression . Cette connaissance informe le nouveau lecteur que la lecture des mots en plus gros “morceaux” plutôt que lettre par lettre aidera à la reconnaissance des mots.

Donner un sens aux documents écrit

istockphoto 1154573247 612x612

L’objectif ultime de l’enseignement de la lecture est que les enfants soient capables de comprendre ce qu’ils lisent.

Plusieurs variables tendent à influencer la capacité d’une personne à comprendre ce qu’elle lit. Lorsqu’ils lisent, les enfants qui comprennent semblent être capables de déclencher des informations contextuelles appropriées, c’est-à-dire qu’ils sont capables de relier ce qui est sur le papier – ou écran, à ce qu’ils savent déjà.

Il est incroyablement difficile de comprendre ce que l’on ne peut pas décrire, c’est pourquoi les personnes ayant de bonnes capacités de compréhension doivent avoir un bon vocabulaire.

Les personnes qui comprennent bien sont également capables de résumer, d’anticiper et de clarifier ce qu’elles ont lu, et elles posent souvent des questions pour faciliter leur compréhension.

Ils savent également comment utiliser la structure des phrases du texte pour mieux le comprendre.

group of children sitting on library floor and searching a books

En outre, les enfants seraient capables de construire un sens en deux dimensions s’ils peuvent interpréter correctement et couramment les mots sur un écran. La compréhension littérale est atteinte au premier stade. La construction du contexte, d’autre part, nécessite quelque chose de plus que la compréhension littérale.

Les enfants doivent enfin s’orienter avec soin dans le texte en posant des questions telles que : “Pourquoi est-ce que je lis ceci, et comment ce matériel contribue-t-il à mes raisons de le faire ? “Est-ce que je comprends ce que fait l’auteur et pourquoi ?” “Le texte est-il cohérent sur le plan interne ?” et ainsi de suite. Ce deuxième degré de compréhension amène les lecteurs à une vision plus réfléchie et plus ciblée de ce qu’ils ont lu.

Des enseignants hautement qualifiés sont nécessaires pour promouvoir le développement des compétences de compréhension de la lecture, ainsi que la compréhension des phonèmes, la phonétique et la fluidité de la lecture.

Selon des études récentes, l’instructeur doit donner aux élèves la possibilité d’explorer les points forts de leurs lectures ainsi que les difficultés qu’ils ont rencontrées en lecture.

Les réflexions des enfants sur ce qu’ils ont lu seront souvent cultivées explicitement par l’entraînement aux techniques de compréhension. Ce type de débats et d’exercices peut être réalisé à travers différents genres de lecture, y compris la fiction et la non-fiction, et devrait faire partie intégrante du programme d’arts du langage pendant les années scolaires.

Autres facteurs qui influencent l’apprentissage de la lecture

competences lectureLes bons lecteurs ont une conscience phonétique, connaissent la théorie de l’alphabet, peuvent appliquer ces compétences à la production et à l’application de la phonétique lors de la lecture et de l’orthographe des mots, et peuvent le faire avec aisance et précision.

Les bons lecteurs ajoutent un vocabulaire solide et de bonnes capacités syntaxiques et grammaticales au processus de compréhension de la lecture, et appliquent consciemment ce qui est lu à leur propre information contextuelle en utilisant un certain nombre de techniques.

Mais quelles sont les conditions qui fourniront une base solide pour le développement de ces capacités ?

L’apprentissage de la lecture est une phase relativement longue qui commence dès la petite enfance et explicitement avant que les enfants n’atteignent l’éducation formelle, selon les études sur l’alphabétisation émergente.

En ce qui concerne l’acquisition du vocabulaire, l’apprentissage des objectifs de la lecture et la connaissance des principes de l’écriture et de la lecture, les enfants qui bénéficient dès la naissance de possibilités d’alphabétisation stimulantes ont généralement un avantage.

Les enfants auxquels on fait la lecture quotidiennement dès leur plus jeune âge sont initiés aux sons de notre langue, à l’idée de rimes et à d’autres pratiques de jeux de mots et de langage qui servent de base à la croissance de la compréhension des phonèmes de manière amusante et agréable.

lecture bébéLes enfants apprennent à reconnaître et à différencier les lettres lorsqu’ils sont initiés aux pratiques de lecture dès leur plus jeune âge. Il ne fait aucun doute que les enfants d’âge préscolaire qui ont appris à lire et à écrire la majorité des lettres auront moins à apprendre en entrant en maternelle. La théorie de l’alphabet, ou la façon dont les lettres et les sons communiquent, est souvent cruciale à comprendre car souvent les noms de lettres comprennent les sons qu’ils représentent le plus souvent, ce qui oriente les enfants vers le principe de l’alphabet ou la façon dont les lettres et les sons se relient à un jeune âge.

En fin de compte, la capacité d’un enfant à comprendre ce qu’il lit est étroitement liée à son expérience antérieure. Le processus de lecture serait bénéfique même pour les jeunes enfants qui ont la possibilité de comprendre, de rêver et de discuter de nouveaux domaines de compréhension. La compréhension s’accompagne d’une forte envie d’apprendre de plus en plus souvent, ce qui signifie que l’enseignement de la lecture a lieu.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*